maia kowsky

10 février 2019

Vilhelm Hammershøi, peintre de l'intériorité.

 

Vilhelm-Hammershoi-Repos-1905

 

"...et mon silence même est crispé de toi."

Alain Borne

  

 

 

Posté par maia kowsky à 15:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 février 2019

Venezia.

 

DwUwb9OX0AAdDaZ

 

Hommage à Federico Fellini avec des photos du tournage de son "Casanova" studio 5 Cinecittà à Rome
et des photos et textes de Francesco Pagni.

 

 

 

Posté par maia kowsky à 17:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 février 2019

Francesca Woodman

 

Francesca-Woodman-House-3-Providence-Rhode-Island-1976 (1)

 

Francesca Woodman ci-dessus photographiée dans son studio par Douglas Prince

 

 

 

 

Posté par maia kowsky à 09:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 février 2019

Ridicule...

 

enluminure 9c

 

"Toutes les lettres d'amour sont

ridicules.

Elles ne seraient pas des lettres d'amour si elles n'étaient pas 

Ridicules.

Moi aussi en mon temps, j'ai écrit des lettres d'amour,

Comme les autres,

Ridicules.

Les lettres d'amour, si amour il y a,

Sont fatalement

Ridicules.

Mais tout bien compté,

Il y a guère que ceux qui jamais

N'ont écrit de lettres d'amour

Qui sont

Ridicules.

 

Ah, retrouver le temps où j'écrivais

A mon insu

Des lettres d'amour

Ridicules...

 

La vérité c'est qu'aujourd'hui

Ce sont mes souvenirs

De ces lettres d'amour

Qui sont

Ridicules.

 

(Tous les mots accentués,

Comme les sentiments accentués

Sont naturellement

Ridicules.)

 

Fernando Pessoa

 

Assinatura_pessoa_fernando.jpg 

  

Fernando, Fernando, es-tu moins ridicule depuis que tu n'écris plus de lettres d'amour ? Es-tu plus heureux depuis que tu n'es plus ridicule ? Tous ces mots ridiculement accentués qui te portaient haut et loin, tous ces mots perdus qui servaient à tant d'autres à la fois, (parce qu'on n'invente rien en amour)... tous ces petits galets ronds et doux lavés par l’eau vive de l’amour, silex durs et brillants taillés par l’ardeur de l’amour, flammes dansantes de l’impatience criée, Fernando, Fernando, du Noir d'abîme où tu es, qu'en est-il de ton intranquillité ? 

eva

 

 

Posté par maia kowsky à 14:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :