maia kowsky

15 août 2018

"Nana de la Mora" (berceuse)

 

Benedetto Pagni_The Medici Madonna (1547)

Medici Madonna 

Benedetto Pagni (1504-1578)

 

Paco Ibañez chante un texte écrit par le poète galicien José Angel Valente, 

en souvenir de sa mère adoptive, évoquant l’enfance dans son Orense natal.

 Que "la Mora" ne vienne pas, la Mora avec ses dents vertes, 

Toute la nuit, tranquillement,

Dors mon enfant... 

Dors tranquille, Dors !

Que si "la Mora" vient, 

Dans le rêve caché, elle ne pourra pas te voir...

"La grande Mora", "La Mora" aux dents vertes,

n'appelle pas mon enfant, ne le réveille pas !...

 

 

 

Posté par maia kowsky à 18:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Lasciami andare...

 

boubat-Madras-Inde-1972

photographie Edouard Boubat

"Ci sono certi sguardi di donna che l'uomo amante non scambierebbe con l'intero possesso del corpo di lei.

Chi non ha veduto accendersi in un occhio limpido il fulgore della prima tenerezza, non sa la più alte delle felicità umane..."

Gabriele d'Annunzio.

 

 

 

Posté par maia kowsky à 18:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 août 2018

Henri Matisse

 

Henri-Matisse-Still-Life-with-Oysters

 

"Créer, c'est exprimer ce que l'on a en soi. Tout effort authentique de création est intérieur. Encore faut-il nourrir son sentiment, ce qui se fait à l'aide des éléments que l'on tire du monde extérieur. Ici intervient le travail, par lequel l'artiste s'incorpore, s'assimile par degrés le monde extérieur, jusqu'à ce que l'objet qu'il dessine soit devenu comme une part de lui-même, jusqu'à ce qu'il l'ait en lui et qu'il puisse le projeter sur la toile comme sa propre création. "

Henri Matisse

  

Posté par maia kowsky à 16:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 août 2018

20 mila leghe (in fondo al mare)

 

aqua

"Un jour dans la mer de notre pays

La Ionienne exigea de rester seule 

La Tyrrhénienne le voulut aussi 

Comme la Mer de Sardaigne et puis l'Adriatique 

Bref - on ne se mélange pas -

Grondaient les eaux des bas-fonds 

- que chacune reste ancrée à son poste

 et ne baigne que son sable natal - "

   

 

 

Posté par maia kowsky à 23:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :