maia kowsky

21 septembre 2018

J'aimerais tant...

 

 

mer9a

 

Paco Ibañez chante Alfonsina Storni

"Ce soir divin d'octobre, j'aimerais flâner au bord de la mer

Et, figure droite, entre ciel et plage, sentir l'oubli perpétuel de la mer."

  

 

 

 

Posté par maia kowsky à 09:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 septembre 2018

Settembre...

 

DkLMfB-W0AATqRs

"Creuser dans le bleu d'une bruyère de mots.

Griffer la lumière d'un temps vague.

Flotter dans l'ombre d'un rouge rubis.

Nager dans l'eau d'un étang fleuri.

Poursuivre les ver(t)s et les taches de rouges.

Humer le charbon d'un hiver prochain."

Francesco Pagni ©

 

 

Francesco Pagni : playlist

Blog de Francesco : ici

 

 

Posté par maia kowsky à 17:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 août 2018

L'île habitée.

DSC08185

 

…et je t’emmènerai habiter cette île que nous ne déserterons jamais, jamais, jamais…

 

 

Posté par maia kowsky à 10:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 août 2018

Jacques Majorelle.

 

Jacques-majorelle_A-market-in-Marrakech

 

"La terre marocaine bouillonne sous un feu discret. C'est un pays chaud sous un soleil froid, où le verbe est facile comme le rire, comme le contact. L'hospitalité est une valeur sacrée; c'est un devoir pour le musulman. Accueillir, être disponible, donner de son temps et ne rien attendre en échange. Telle est l'intelligence de cette gratuité du don et de la présence. C'est ce qui symbolise ce pays, qui, tant qu'il se maintiendra dans sa complexité et son originalité, restera une énigme, belle et profonde, grave et surprenante [...]

Ce mystère est inscrit dans les vieilles pierres de Fès, sur les murailles rouges de Marrakech, dans les ruelles blanches et bleues d'Asilah, derrière les dunes d'Ouarzazate, dans les maisons pauvres du Haut Atlas, dans le regard des vieilles femmes, paysannes descendues dans la ville. Alors il faut prendre le temps de lire sur les murs et les visages, d'écouter la parole des hommes qui s'échange autour d'un verre de thé. Il faut savoir voir et attendre, accepter de marcher à pied, même si on est importuné, savoir s'arrêter pour laisser le temps et l'espace aux émotions de s'imprimer, telles des couleurs fortes sur le tissu d'une mémoire vive."                                                                                                                                             

                                                                                                                                                    TAHAR BEN JELLOUN 

   

 

 

Posté par maia kowsky à 18:42 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,