kD2xzXlAiefMpzp9lSEx9TtWao4@233x343

 

...gardien de la porte du Dieu, tu te tiens devant moi, depuis le début, derrière la porte de la mort.

Ton silence assourdissant et insupportable serait-il donc l’expression du « non du père » ? Et le « nom du père » serait-il le reflet prémonitoire du destin de l’enfant ? Enfant de "Bab'Ilil", qui se tient à jamais devant la porte du Dieu… Au piquet, en pénitence…