28 mars 2019

Sororité.

  Probablement parce que trois femmes se sont déchirées au-dessus de mon berceau, j’ai développé une crainte irrépressible à l’encontre des femmes.  Je n’ai pris réellement conscience de cela que depuis peu. Jusqu’à présent,  je pensais sincèrement que le principe de sororité était fort et constant pour moi, et que malgré ce sentiment je ressentais souvent de l’animosité à mon égard de la part des autres femmes. L’hostilité que je percevais venant d’elles, n’était pas toujours justifiée. Et de ce fait, j’en restais... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 15:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 mars 2019

...

    "Sur les miroirs et sur les photographies, je constate que je suis devenu vieux. Mais c'est ce qui est jeune en moi qui le constate. C'est un jeune qui voit un vieux." Jean Cocteau     Sur les miroirs et les photographies je constatais que j’étais jeune… mais c’est ce qui était vieille en moi qui le constatait… c’est une incrédule sans-âge qui voyait le visage de la jeunesse…  (eva)
Posté par maia kowsky à 17:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mars 2019

Plouf.

    Plouf, mon amour, ma douceur, ce n'était pas le Paradis, mais ça y ressemblait...         
Posté par maia kowsky à 18:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 mars 2019

Fabienne Verdier.

    "Dans le chaos et l'obscur réside le mystère originel. Suis, toi aussi, le principe cosmique pour donner vie à ta création. Comme le Ciel, crée à partir du chaos. Suis ton intuition et débroussaille l'informe pour aller, à travers les formes, au-delà de celles-ci. Transmets l'esprit des choses et n'oublie pas que l'esprit réside aussi dans les montagnes et les plantes; elles ont une âme, et c'est le Ciel qui la leur a donnée. La forme naît de l'informe: il ne faut pas avoir peur du chaos. Prends un pot, par exemple:... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 09:47 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
11 mars 2019

Oskar Kokoschka

  Kafka retourna, paume en l’air, sa main gauche qui reposait sur la table.« Le grand tableau, avec la coupole verte de l’église Saint-Nicolas au milieu ?— Oui, celui-là. »Kafka inclina la tête, pour dire :« Dans ce tableau, les toits s’envolent. Les coupoles sont des parapluies dans le vent. Laville entière est en train de battre des ailes pour prendre son essor. Or Prague est toujoursdebout, en dépit de tous ses clivages internes. C’est justement ce que cette ville a demerveilleux. »        
Posté par maia kowsky à 11:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 mars 2019

Mer

Monet   "Penché dans l'après-midi, je jette mes filets tristes  à cette mer qui secoue tes yeux océaniques. Là, s'étire et brûle dans le brasier le plus élevé, ma solitude qui me tord les bras comme un naufragé. Je fais des marques rouges sur tes yeux absents qui bougent comme la mer au bord d'un phare. Et les oiseaux de nuit picorent les premières étoiles qui scintillent comme mon âme quand je t'aime.  Et galope la nuit sur sa jument sombre,  éparpillant... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 10:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,