20 février 2019

"Yo amaba aquella casa" José Agustín Goytisolo

    C'est ici un merveilleux poème mis en musique par Paco Ibañez. La métaphore est double : "J'adorais cette maison" : j'adorais cette femme, ma mère qui ETAIT la maison (la Mère, traditionnellement est le pilier essentiel de la Maison, de la famille) Les cistes, arbrisseaux méditerranéens sont pyrophytes : ils ont la particularité de se régénérer facilement et même de se multiplier après les incendies. Le poème de José Agustín Goytisolo indique bien que les bombardements de Barcelone furent si destructeurs que même... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 février 2019

Paroles pour Julie...

    José Agustín Goytisolo né à Barcelone le 13 avril 1928, fut très affecté par la mort de sa mère Julia en mars l938 sous les bombardements franquistes alors qu’il n’avait que 10 ans. En sa mémoire, il écrivit ce poème, et prénomma sa fille Julia. La vie est belle, tu verras Comment, en dépit des chagrins, Tu auras des amis,  Tu auras de l'amour, Tu auras des amis... Ne te livre  jamais, ni ne t'écarte du chemin,  ne dis jamais : Je n'en peux plus, je reste là ! Je reste là... ... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 09:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 février 2019

Vilhelm Hammershøi, peintre de l'intériorité.

    "...et mon silence même est crispé de toi." Alain Borne       
Posté par maia kowsky à 15:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 février 2019

Venezia.

    Hommage à Federico Fellini avec des photos du tournage de son "Casanova" studio 5 Cinecittà à Rome et des photos et textes de Francesco Pagni.      
Posté par maia kowsky à 17:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 février 2019

Francesca Woodman

    Francesca Woodman ci-dessus photographiée dans son studio par Douglas Prince        
Posté par maia kowsky à 09:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 février 2019

Ridicule...

    "Toutes les lettres d'amour sont ridicules. Elles ne seraient pas des lettres d'amour si elles n'étaient pas  Ridicules. Moi aussi en mon temps, j'ai écrit des lettres d'amour, Comme les autres, Ridicules. Les lettres d'amour, si amour il y a, Sont fatalement Ridicules. Mais tout bien compté, Il y a guère que ceux qui jamais N'ont écrit de lettres d'amour Qui sont Ridicules.   Ah, retrouver le temps où j'écrivais A mon insu Des lettres d'amour Ridicules...   La vérité c'est... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 14:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

26 janvier 2019

Hommage à P.P.P.

    "Pasolini a toujours été pour moi un repère. Il y avait longtemps que je souhaitais entreprendre un projet à propos du mythe qu’il incarne. Installé à Certaldo, lieu d’origine du Décameron, qui lui avait inspiré la plus belle facette de sa Trilogie de la vie, cette référence m’a servi de déclencheur. Le Decameron, c’est le sexe, l’amour, le corps, le peuple et la mort : toute la palette pasolinienne. Son image, icône façonnée par sa vie, son oeuvre et la persécution constante dont il fut la victime jusqu’à que... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 17:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 janvier 2019

Un aeroplano a vela...

    Je t'offrirai un bateau en papier qui naviguera vers une autre mer, et un avion à voile qui t'emportera vers un autre ciel, et un canari apprivoisé (pour les mauvais jours), et un sablier d'or, et...       
Posté par maia kowsky à 17:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
17 janvier 2019

"Preferisco Cosí"

    Photo Francesco Pagni ©       
Posté par maia kowsky à 18:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 janvier 2019

Amalassunta, Osvaldo Licini

  "Se dovessero chiederle chi è Amalassunta, risponda pure, a mio nome, che ‘Amalassunta’ è la Luna nostra bella, garantita d’argento per l’eternità, personificata in poche parole, amica di ogni cuore un poco stanco." Osvaldo Licini *** "Si on vous demande qui est Amalassunta, répondez, en mon nom, que 'Amalassunta' est notre belle Lune, garantie d'argent pour l'éternité, personnifiée en quelques mots, "amie de chaque cœur un peu fatigué"    
Posté par maia kowsky à 18:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :