22 mars 2018

Cordoue, lointaine et seule...

  "Par la plaine, par le vent, Cheval noir, lune rouge./La mort me regarde/depuis les tours de Cordoue./ Cordoue, lointaine et seule"  (Federico Garcia Lorca)         
Posté par maia kowsky à 19:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 mars 2018

Poème VI Pablo Neruda

  photo Katia Chausheva   "Je me souviens de toi à l'automne dernier, Béret gris et le cœur calme. Dans tes yeux les flammes du crépuscule se sont battues. Et les feuilles sont tombées dans l'eau de ton âme..." Pablo Neruda   
Posté par maia kowsky à 11:29 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 mars 2018

...E torna a riva !

  Tu es le coquillage / De l’estran, qui prend le soleil, et prend la vague, et prend la mer, et prend le large, et se révolte  Et revient à la rive d'une autre plage, et revient au soleil, et revient à la vague, et retourne à la mer, et revient,  et prend le large  Tu es le coquillage d'eau et de sel, qui noie le rêve de se reposer, et laisse des larmes qu’il ne sèche pas   
Posté par maia kowsky à 16:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mars 2018

your hired blue gown...

      Untie for me your hired blue gown, Défais pour moi ta robe bleue  Like you would do for one that you love. Comme tu le ferais pour quelqu'un que tu aimes   
Posté par maia kowsky à 23:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 février 2018

Lucio Fontana

    Au commencement était un sculpteur classique, travaillant sur des motifs antiques ou religieux, avec déjà, tout de même, un renoncement à la ligne claire des volumes, ayant déjà un goût prononcé pour les scories, les éclats émaillés, les pointes de matières supplémentaires. Les silhouettes comme explosées de l'intérieur, poussées vers l'extérieur par un excès de matière (pulsion). Cette remarque n'est pas sans intérêt dans l'abord de la naissance des trous (buchi) . Si les sculptures figuratives sont éclatées et... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 17:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 février 2018

Mon petit papa, ouvre-moi la porte...

  ...gardien de la porte du Dieu, tu te tiens devant moi, depuis le début, derrière la porte de la mort. Ton silence assourdissant et insupportable serait-il donc l’expression du « non du père » ? Et le « nom du père » serait-il le reflet prémonitoire du destin de l’enfant ? Enfant de "Bab'Ilil", qui se tient à jamais devant la porte du Dieu… Au piquet, en pénitence…         
Posté par maia kowsky à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 février 2018

Alberto Burri

    Aussi étrange que cela puisse paraître, l'expérience dramatique et douloureuse d'être un prisonnier de guerre dans un camp américain est devenu un catalyseur pour l'évolution de ce jeune médecin italien, dont la première des oeuvres a été réalisée alors qu'il était emprisonné. Sachant cela, on considère les matériaux humbles de ses premières oeuvres, et on imagine les privations subies au cours de cette période de captivité. Mais le plus extraordinaire, c'est qu'il réussit à créer, avec des matériaux limités, une... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 12:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 février 2018

Le Baiser

    Le thème du couple enlacé est cher à Klimt. Par trois fois, il a concrétisé cette obsession :  Détail de la frise « Ode à la Joie » (1902) L’accomplissement (1905-1909) Le Baiser (l907-1908)  Ces trois compositions se ressemblent étonnamment, leur différence réside dans le traitement du thème.  Le couple d’Ode à la Joie étroitement enlacé,  représente l’homme nu, de dos, masquant presque entièrement la femme dévêtue elle aussi. Le personnage masculin est superbement... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 10:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 février 2018

Bird on the wire

      « Comme un oiseau sur le fil, j’ai essayé d’être libre… »         
Posté par maia kowsky à 11:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 février 2018

Tàpies et la contemplation du mur...

    "La poésie c'est la vie, et l'Art la conscience du monde" Antoni Tàpies, poète de la matière        
Posté par maia kowsky à 11:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,