20 janvier 2018

La tua voce

             
Posté par maia kowsky à 09:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 janvier 2018

"Sono figlio di un giardino"

    "Sono profumo di cinque limoni Sono luce che li disegna Sono ombra che li scrive Sono figlio di un giardino Sono frutto della vostra linfa" poème et photo de Francesco Pagni   "Je suis le parfum de cinq citronsJe suis la lumière qui les dessineJe suis l'ombre qui les écritJe suis fils d'un jardinJe suis le fruit de votre sève"     Poèmes, photos, peintures de Francesco Pagni ici et sur https://myblowup.com/         
Posté par maia kowsky à 15:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 janvier 2018

"Sono tornato qui perché…"

    "Sono tornato qui Perché si fa di rincontrarsiE non mi scoraggeràNemmeno il vuotoChe ci piglia e che non ci fa più meravigliaSono tornato qui perché…Certi piccoli fiumi di bassa pianuraChe arrivano dritti nel mareIo lo so, non si accorgon di nienteMa si lasciano semplicementeArrivare."         
Posté par maia kowsky à 10:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 décembre 2017

Perlate di rugiada...

        Ragno,               "scriba" dei nostri segreti in fondo al giardino.          Fili di luce che intrecciano trame perlate di rugiada.  Rifugio delle nostre inquietudini e dei nostri pensieri proibiti.         Ragno,      alone mistico la tua tela, che illumina le nostre povere parole.   Francesco Pagni (photo eva)       Araignée, ... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 16:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 décembre 2017

Antonio Ligabue, chaman de l'art pictural...

    Dans les yeux de Tonio on lit l’effroi, le même affolement visible aussi dans les yeux de l’antilope saisie par le tigre, la peur du renard piégé par l’oiseau de proie,  la frayeur impuissante de la poule attrapée par le renard. Dans les yeux exorbités de Tonio on lit sa révolte contre la solitude qui n’en finit pas et la souffrance toujours recommencée, Ligabue se cabre devant le destin comme l’attelage sous l’orage, et les yeux épouvantés des chevaux emballés sont les yeux de Tonio… Dans le cri muet et... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 16:03 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
05 décembre 2017

Fils de la lune...

  photo Francesco Pagni ©   Nuit de Grande Lune, pour les rêveurs, les poètes et les chats !         
Posté par maia kowsky à 23:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 décembre 2017

"vivre comme l'arbre"...

    "Si malgré ce temps qui est là, je vous disais dans mon esprit, un an, deux ans, dix ans ne sont rien, qu'être artiste ce n'est pas compter, mais vivre comme l'arbre sans presser sa sève, attendre l'été, et l'été vient, mais qu'il faut avoir de la patience, de la patience..." Nicolas de Staël         
Posté par maia kowsky à 19:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 novembre 2017

"Non ti aspetto più"

             
Posté par maia kowsky à 10:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 novembre 2017

Cy et la jouissance de la couleur...

    "Mais qu'est-ce que la couleur ? Une jouissance !" (Roland Barthes)             
Posté par maia kowsky à 20:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 novembre 2017

Le vertige Rothko...

     Plus il avançait en âge, plus son style s’épurait, plus les couleurs stridentes s’estompaient comme élément majeur, plus sa lumière s’assombrissait, plus il était hanté par la réflexion lumineuse, plus que jamais tendu vers l’expression de la tragédie, de l’extase et de la mort. La Naissance de la tragédie de Nietzsche et le Rameau d’or de Frazier n’en demeuraient pas moins en permanence à son chevet. Annie Cohen-Solal offre une clé d’interprétation de cette œuvre, mais on n’est... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 17:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,