17 décembre 2017

Antonio Ligabue, chaman de l'art pictural...

    Dans les yeux de Tonio on lit l’effroi, le même affolement visible aussi dans les yeux de l’antilope saisie par le tigre, la peur du renard piégé par l’oiseau de proie,  la frayeur impuissante de la poule attrapée par le renard. Dans les yeux exorbités de Tonio on lit sa révolte contre la solitude qui n’en finit pas et la souffrance toujours recommencée, Ligabue se cabre devant le destin comme l’attelage sous l’orage, et les yeux épouvantés des chevaux emballés sont les yeux de Tonio… Dans le cri muet et... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 16:03 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

05 décembre 2017

Fils de la lune...

  photo Francesco Pagni ©   Nuit de Grande Lune, pour les rêveurs, les poètes et les chats !         
Posté par maia kowsky à 23:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 décembre 2017

"vivre comme l'arbre"...

    "Si malgré ce temps qui est là, je vous disais dans mon esprit, un an, deux ans, dix ans ne sont rien, qu'être artiste ce n'est pas compter, mais vivre comme l'arbre sans presser sa sève, attendre l'été, et l'été vient, mais qu'il faut avoir de la patience, de la patience..." Nicolas de Staël         
Posté par maia kowsky à 19:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 novembre 2017

"Non ti aspetto più"

             
Posté par maia kowsky à 10:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 novembre 2017

Cy et la jouissance de la couleur...

    "Mais qu'est-ce que la couleur ? Une jouissance !" (Roland Barthes)             
Posté par maia kowsky à 20:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 novembre 2017

Le vertige Rothko...

     Plus il avançait en âge, plus son style s’épurait, plus les couleurs stridentes s’estompaient comme élément majeur, plus sa lumière s’assombrissait, plus il était hanté par la réflexion lumineuse, plus que jamais tendu vers l’expression de la tragédie, de l’extase et de la mort. La Naissance de la tragédie de Nietzsche et le Rameau d’or de Frazier n’en demeuraient pas moins en permanence à son chevet. Annie Cohen-Solal offre une clé d’interprétation de cette œuvre, mais on n’est... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 17:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

12 novembre 2017

Poussière morandienne...

    "Une demi-douzaine d'oeuvres seraient tout à fait suffisantes dans la vie d'un artiste, dans ma vie."  Giorgio Morandi          
Posté par maia kowsky à 17:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 novembre 2017

Comme un voyage...

    "J’ai dit que tu chantais dans le vent Comme les pins et comme les mâts Comme eux, tu es grande et taciturne Et soudain triste, comme un voyage, comme un voyage..." Pablo Neruda          
Posté par maia kowsky à 18:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 novembre 2017

"Cette lumière secrète venue du noir..."

    Un jour je peignais, le noir avait envahi toute la surface de la toile, sans formes, sans contrastes, sans transparences.Dans cet extrême j'ai vu en quelque sorte la négation du noir.Les différences de texture réfléchissaient plus ou moins faiblement la lumière et du sombre émanait une clarté, une lumière picturale, dont le pouvoir émotionnel particulier animait mon désir de peindre.Mon instrument n'était plus le noir, mais cette lumière secrète venue du noir. Pierre Soulages         
Posté par maia kowsky à 22:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 octobre 2017

Picasso et le Minotaure.

    Dans le labyrinthe des Arts, le Minotaure dévore l’Amour, Avec un appétit insatiable le Minotaure Picasso dévore et dévore encore, Créateur hybride, mi-homme, mi-dieu, Il dévore  les femmes de sa vie, Il convertit en merveilles fulgurantes l’amour charnel à lui offert, Pour Lui, pour nous, Picasso fait la corrida de la vie, A la Vie, à l’Amor, à la Mort, à l’Amour, Il peint, crée, invente sans relâche, Picasso dessine, façonne, pétrit, et sur les céramiques de Vallauris,  ... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 11:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,