24 février 2018

Mon petit papa, ouvre-moi la porte...

  ...gardien de la porte du Dieu, tu te tiens devant moi, depuis le début, derrière la porte de la mort. Ton silence assourdissant et insupportable serait-il donc l’expression du « non du père » ? Et le « nom du père » serait-il le reflet prémonitoire du destin de l’enfant ? Enfant de "Bab'Ilil", qui se tient à jamais devant la porte du Dieu… Au piquet, en pénitence…         
Posté par maia kowsky à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 février 2018

Alberto Burri

    Aussi étrange que cela puisse paraître, l'expérience dramatique et douloureuse d'être un prisonnier de guerre dans un camp américain est devenu un catalyseur pour l'évolution de ce jeune médecin italien, dont la première des oeuvres a été réalisée alors qu'il était emprisonné. Sachant cela, on considère les matériaux humbles de ses premières oeuvres, et on imagine les privations subies au cours de cette période de captivité. Mais le plus extraordinaire, c'est qu'il réussit à créer, avec des matériaux limités, une... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 12:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 février 2018

Le Baiser

    Le thème du couple enlacé est cher à Klimt. Par trois fois, il a concrétisé cette obsession :  Détail de la frise « Ode à la Joie » (1902) L’accomplissement (1905-1909) Le Baiser (l907-1908)  Ces trois compositions se ressemblent étonnamment, leur différence réside dans le traitement du thème.  Le couple d’Ode à la Joie étroitement enlacé,  représente l’homme nu, de dos, masquant presque entièrement la femme dévêtue elle aussi. Le personnage masculin est superbement... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 10:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 février 2018

Bird on the wire

      « Comme un oiseau sur le fil, j’ai essayé d’être libre… »         
Posté par maia kowsky à 11:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 février 2018

Tàpies et la contemplation du mur...

    "La poésie c'est la vie, et l'Art la conscience du monde" Antoni Tàpies, poète de la matière        
Posté par maia kowsky à 11:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
20 janvier 2018

La tua voce

             
Posté par maia kowsky à 09:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 janvier 2018

"Sono figlio di un giardino"

    "Sono profumo di cinque limoni Sono luce che li disegna Sono ombra che li scrive Sono figlio di un giardino Sono frutto della vostra linfa" poème et photo de Francesco Pagni   "Je suis le parfum de cinq citronsJe suis la lumière qui les dessineJe suis l'ombre qui les écritJe suis fils d'un jardinJe suis le fruit de votre sève"     Poèmes, photos, peintures de Francesco Pagni ici et sur https://myblowup.com/         
Posté par maia kowsky à 15:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 janvier 2018

"Sono tornato qui perché…"

    "Sono tornato qui Perché si fa di rincontrarsiE non mi scoraggeràNemmeno il vuotoChe ci piglia e che non ci fa più meravigliaSono tornato qui perché…Certi piccoli fiumi di bassa pianuraChe arrivano dritti nel mareIo lo so, non si accorgon di nienteMa si lasciano semplicementeArrivare."         
Posté par maia kowsky à 10:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 décembre 2017

Perlate di rugiada...

        Ragno,               "scriba" dei nostri segreti in fondo al giardino.          Fili di luce che intrecciano trame perlate di rugiada.  Rifugio delle nostre inquietudini e dei nostri pensieri proibiti.         Ragno,      alone mistico la tua tela, che illumina le nostre povere parole.   Francesco Pagni (photo eva)       Araignée, ... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 16:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 décembre 2017

Antonio Ligabue, chaman de l'art pictural...

    Dans les yeux de Tonio on lit l’effroi, le même affolement visible aussi dans les yeux de l’antilope saisie par le tigre, la peur du renard piégé par l’oiseau de proie,  la frayeur impuissante de la poule attrapée par le renard. Dans les yeux exorbités de Tonio on lit sa révolte contre la solitude qui n’en finit pas et la souffrance toujours recommencée, Ligabue se cabre devant le destin comme l’attelage sous l’orage, et les yeux épouvantés des chevaux emballés sont les yeux de Tonio… Dans le cri muet et... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 16:03 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :