12 avril 2018

Istanbul avec Pierre Loti

    Le 10 sept 1903, à 53 ans, Pierre Loti retourne à Constantinople pour la 6ème fois. Il écrit : "Je m'obstine à voir Stamboul comme il n'est plus, il s'écroule, il est fini. Maintenant il faut une complaisante et continuelle sélection de ce qu'on y regarde, des coins que l'on y fréquente ; sur la hauteur, les mosquées tiennent encore, mais tous les bas quartiers sont déjà minés par le "progrès" qui arrive à grand train avec sa misère, son alcool, sa désespérance et ses explosifs. Le mauvais souffle d'Occident a passé... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 09:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

10 avril 2018

"Chambres secrètes"

         
Posté par maia kowsky à 08:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 avril 2018

"Extra-muros" Gianmaria Testa

    "Ton amour, Amor, sent la peinture fraîche qui rénove les vieux volets et les balcons, qui les assainit de la rouille la plus tenace..."       
Posté par maia kowsky à 17:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 avril 2018

Inventaire de Printemps...

    Sono andato al mercato degli odori E ho rubato un po di primavera La spalmerò sul pane questa sera E poi mi ubriacherò Con un bicchier di vento E tanto mare Francesco Pagni (foto e parole)    "Une pierre deux maisons trois ruines un jardin des fleurs un raton laveur une douzaine d'huîtres un citron un pain un rayon de soleil une lame de fond six musiciens une porte avec son paillasson un monsieur décoré de la légion d'honneur un autre... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 avril 2018

"Yo seré a tu lado"

    Je serai à ton côté, silencieuse, sans pensées, sans mots, sans désirs… je saurai seulement t’aimer… "Yo seré a tu lado" Paco Ibáñez chante un poème d'Alphonsina Storni, Photos de Katia Chausheva ©      
Posté par maia kowsky à 16:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 mars 2018

Piero Pizzi Cannella

    "Vertige ! voici que frissonneL’espace comme un grand baiserQui, fou de naître pour personne,Ne peut jaillir ni s’apaiser." Stéphane Mallarmé       
Posté par maia kowsky à 23:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 mars 2018

La demoiselle à l’éventail et froufrous...

     La demoiselle à l’éventail et froufrous Cherche un mari. Les cavaliers sont mariés, avec de grandes blondes à la peau blanche Les grillons chantent à l’ouest La demoiselle va vers le vert. Les grillons chantent sous les fleurs. Les cavaliers vont vers le nord. La demoiselle à l’éventail va sur le pont de la rivière fraîche.    
Posté par maia kowsky à 16:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 mars 2018

Cordoue, lointaine et seule...

  "Par la plaine, par le vent, Cheval noir, lune rouge./La mort me regarde/depuis les tours de Cordoue./ Cordoue, lointaine et seule"  (Federico Garcia Lorca)         
Posté par maia kowsky à 19:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 mars 2018

Poème VI Pablo Neruda

  photo Katia Chausheva   "Je me souviens de toi à l'automne dernier, Béret gris et le cœur calme. Dans tes yeux les flammes du crépuscule se sont battues. Et les feuilles sont tombées dans l'eau de ton âme..." Pablo Neruda   
Posté par maia kowsky à 11:29 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 mars 2018

...E torna a riva !

  Tu es le coquillage / De l’estran, qui prend le soleil, et prend la vague, et prend la mer, et prend le large, et se révolte  Et revient à la rive d'une autre plage, et revient au soleil, et revient à la vague, et retourne à la mer, et revient,  et prend le large  Tu es le coquillage d'eau et de sel, qui noie le rêve de se reposer, et laisse des larmes qu’il ne sèche pas   
Posté par maia kowsky à 16:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,