29 octobre 2017

Picasso et le Minotaure.

    Dans le labyrinthe des Arts, le Minotaure dévore l’Amour, Avec un appétit insatiable le Minotaure Picasso dévore et dévore encore, Créateur hybride, mi-homme, mi-dieu, Il dévore  les femmes de sa vie, Il convertit en merveilles fulgurantes l’amour charnel à lui offert, Pour Lui, pour nous, Picasso fait la corrida de la vie, A la Vie, à l’Amor, à la Mort, à l’Amour, Il peint, crée, invente sans relâche, Picasso dessine, façonne, pétrit, et sur les céramiques de Vallauris,  ... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 11:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 octobre 2017

Le bateau des rêves...

  photo Francesco Pagni "Mais je m'en vais néanmoins chercher sur la plage, / je ne sais pas quoi..."   "Che bella luna io me ne vado  però cercando sull'arena che cosa non lo so perché così lontana la nave dei sogni va, mia stella brutta e buona uccidimi o falla tornare uccidimi o falla tornare Stella / Stella / Stella" (La Nave, Gianmaria Testa)       
Posté par maia kowsky à 22:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 octobre 2017

Ragno

         Ragno,               "scriba" dei nostri segreti in fondo al giardino.          Fili di luce che intrecciano trame perlate di rugiada.  Rifugio delle nostre inquietudini e dei nostri pensieri proibit       Ragno, alone mistico la tua tela, che illumina le nostre povere parole. (Francesco Pagni)   Araignée, "scribe de nos secrets au fond du jardin./ Fils de lumière entrelacés de perles de rosée/ Refuge... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 09:46 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
14 septembre 2017

Chaque matin, quand je pars...

    "...chaque matin quand je pars je laisse la porte ouverte pour celui qui viendrait..." (Gianmaria Testa « Polvere di gesso »)  Photo de Francesco Pagni       on peut retrouver Francesco ici : My Blow Up et sa play-liste ici : Youtube    
Posté par maia kowsky à 10:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 septembre 2017

« Il valzer di un giorno »

  Mais aujourd'hui un jour comme les autres tu as posé tes mots sur mes lèvres, tes couleurs sur mes rêves, et moi qui ne savais pas voler je me suis perdue dans le ciel…  Eperdue… sans toi…       
Posté par maia kowsky à 17:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 septembre 2017

Regard nomade...

  "Enigme d'un sourire inconnu, qui raconte une histoire sans début ni sans fin. Histoire de lumière, d'amour et de printemps. Histoire d'un regard nomade qui s'envole avec la brise vers un océan inconnu. Enigme. Là et ailleurs. Le temps d'une phrase sans mots."    Francesco Pagni © poème et photo d'après cliché original zinc             
Posté par maia kowsky à 15:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

31 août 2017

Ecrire

    "Je ressens toujours d’une façon poignante, le fait que souvent j’écris pour être aimé. Au fond, peut-être même parfois de tel ou tel. Et en même temps, je sais très bien que cela ne se produit jamais, qu’on n’est jamais vraiment aimé pour son écriture." Roland Barthes            
Posté par maia kowsky à 09:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
26 août 2017

"Comptine pour Nino"

      "Petite comptine pour Nino" Nino, petit voyou sauvage, Noir comme un Soulages Noir comme un orage Noir comme la nuit quand tu nous as choisis... Francesco Pagni © (photo et poème)          
Posté par maia kowsky à 10:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 août 2017

l'Atelier...

    Seduti in uno studio ordinatissimo (dove anche i mozziconi di sigaretta sembrano allineati), tra libri e colori, Francesco mi parla dei suoi lavori ma in realtà parla di pittori e pittura. «Mi ha molto influenzato l'incontro e la frequentazione con Sandro Cherchi, il fondatore del gruppo “Corrente” negli anni Trenta. Era molto amico di Lucio Fontana e di Agenore Fabbri che lavorò ad Albisola.» source : Rinaldo Ambrosia     Francesco Pagni ©          ... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 10:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 août 2017

Perséides

    Tragique et dérisoire : elle avait perdu son étoile (son unique étoile, son étoile unique) la nuit de San Lorenzo...          
Posté par maia kowsky à 11:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]