27 novembre 2018

The deep

"The Deep" Jackson Pollock   Aujourd’hui, si grand vertige me prend, que je ne veux rien d’autre Que la profondeur du noir entre ce blanc astral, Etre happée par l’obscur, disparaître au fond, Tout au fond des ténèbres impénétrables, Etre mangée par elles, engloutie à jamais… Blanc vaporeux en volutes légères efface-moi, hélium-moi…   eva, ce 13 septembre 2015         
Posté par maia kowsky à 10:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2018

"Veduta Aerea" Gianmaria Testa

    "ora lo so, cosa farai domani..."       
Posté par maia kowsky à 14:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 novembre 2018

Romance del pastor desesperado

    Chanson anonyme du XVIe Siècle        
Posté par maia kowsky à 11:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 novembre 2018

Battement d'ailes...

      photo Francesco Pagni ©   Un ultime battement d’ailes Jette l’oiseau  au bord de la nuit, Sur ton balcon, Dans l’indifférence générale, Comme Icare oublié des dieux…    
Posté par maia kowsky à 17:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 novembre 2018

Saul Leiter, "Come di Pioggia"

      "Je suis sensible à une certaine ambiguïté dans la photographie, ne pas être certain de ce que l’on voit... Lorsqu’on ne sait pas pourquoi le photographe a pris une photographie, que l’on ne sait pas pourquoi on la regarde, et puis subitement, on découvre quelque chose, on se met à voir. J’aime cette confusion. “Saul Leiter” Catalogue d'exposition - Steidl - janvier 2008   
Posté par maia kowsky à 11:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 novembre 2018

Yves Montand chante Paul Eluard

    Le poème chanté par Montand fut écrit pour Dominique, la 3ème épouse d’Eluard. J’ai choisi délibérément des photos de Nusch (sa seconde épouse, égérie des surréalistes) pour illustrer cette chanson. Nusch très photogénique, et très photographiée par Dora Maar, Man Ray, modèle de Picasso, est décédée brutalement à l’âge de 40 ans. Elle devient alors une sorte de muse post-mortem dans le recueil Le Temps déborde, qu’Eluard publie en 1947 et dans lequel on lit ces quelques vers sans titre : « Vingt-huit novembre mil... [Lire la suite]
Posté par maia kowsky à 17:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,